Pomelo-Paradigm lauréat 2016 de Scientipôle Initiative

Pomelo-Paradigm est heureux de compter parmi les lauréats 2016 de l’association Scientipôle Initiative.
Cette distinction renforce le lancement prochain de notre nouvelle solution Editeam. En plus du soutien financier, Scientipôle Initiative nous ouvre son réseau d’experts et de partenaires de la croissance et l’innovation.
Merci à Julie, Laurent et Tristan de nous avoir accompagnés dans cette aventure.

Domus 3.0

La nouvelle version de Domus a été conçue pour améliorer encore l’expérience utilisateur et la rapidité de production des documents. Au final, ce sont plus de 45 nouvelles fonctionnalités qui sont venues enrichir la plateforme.

Les principaux atouts de cette version :

  • Une piste d’audit plus claire et plus précise.
  • La nouvelle piste d’audit, intégrée à Domus 3.0, est une synthèse entre la comparaison détaillée et le journal des modifications. Elle apporte une visibilité claire et exhaustive des modifications dans le document avec une identification précise des contributeurs.
  • Un meilleur confort d’utilisation.
  • Domus 3.0 embarque un nouveau moteur de distribution des pages à la demande permettant de réduire significativement les temps d’affichage sur le navigateur. Il intègre également de nouveaux outils de sélection à la souris et de nombreux raccourcis clavier pour faciliter l’édition des documents.
  • Des traitements accélérés.
  • De nouveaux algorithmes de normalisation et de gabarisation permettent de réduire les temps de constitution et de mise en page. La réalisation complète d’un document est 30% à 50% plus rapide !

Voir le projet dans le lab

La coopération et la collaboration dans le logiciel

1. Un peu de sémantique.

Le dictionnaire de l’Académie Française définit les termes ainsi :
COLLABORER v. intr. XIXe siècle. Emprunté du bas latin collaborare, « travailler avec quelqu’un », « travailler en commun pour gagner des bénéfices (en parlant d’époux) ».
COOPÉRER v. intr. (se conjugue comme Céder). XVe siècle. Emprunté du latin chrétien cooperari, « faire quelque chose conjointement avec quelqu’un ».
Opérer conjointement avec quelqu’un ; concourir à une œuvre ou à une action commune. Coopérer avec quelqu’un. Coopérer au succès d’une entreprise.
D’un point de vue purement sémantique, les deux notions se recoupent largement : elles représentent toutes deux une méthodologie de travail collectif (plusieurs personnes interagissant dans un but commun). Elles intègrent, malgré cela, une différence significative :
– dans le cadre de la collaboration, la réalisation de l’objectif est effectuée par l’ensemble des acteurs. Les ressources et les responsabilités sont donc mutualisées.
– dans le cadre de la coopération, la réalisation de l’objectif est segmentée et chacun des acteurs se charge individuellement de la réalisation de la partie qui lui est attribuée. Les ressources et les responsabilités sont donc reparties.
On constate ainsi que, selon la forme adoptée, les outils de travail nécessaires seront sensiblement différents. D’un côté les process coopératifs nécessitent des outils organisationnels (planification, suivi de tâches, création de workflow complexes, etc.). D’un autre, les process collaboratifs ont besoin d’outils pour suivre le travail réalisé en parallèle par les autres intervenants (suivi de révisions, annotations, validations, etc.)

2. Le web 2.0 et la naissance des logiciels participatifs.

Avec l’essor du web dit « 2.0 », les applications ont pris un tournant collaboratif ou, tout du moins, participatif. Il est devenu très simple pour chacun d’apporter sa contribution à des projets communs (encyclopédie en ligne, blog, etc) mais ces évolutions ont mis du temps à pénétrer le monde des entreprises.
Le développement des solutions SAAS depuis le début des années 2000 a néanmoins permis de connecter tous les acteurs à des bases de données centralisées et a favorisé ainsi le partage et l’échange d’information qui est à la base du travail collaboratif.
Par ailleurs des logiciels ont vu le jour pour gérer des workflows de plus en plus complexes répondant ainsi aux besoins croissants de coopération.

3. Le travail collaboratif est avant tout un travail de communication.

Au début des années 2000, les bureaux se sont ouverts et l’open-space est devenu un standard. L’objectif était alors de rapprocher les équipes pour leur permettre de communiquer plus aisément et d’augmenter leur productivité. On pensait alors pouvoir réduire les interminables échanges de mail et les fastidieuses réconciliations de versions de fichier si chronophage. Malheureusement, ce besoin n’a pas réellement été suivi par les applications qui n’ont pas su intégrer les outils pour travailler « ensemble ». Même si certaines permettent de travailler « en même temps », il n’en demeure pas moins indispensable de décrocher son téléphone (ou de lancer une visio-conférence) pour réussir à produire un travail collaboratif abouti.

4. Les futurs mécanismes de collaboration.

Avec la mondialisation, les échanges collaboratifs ont ensuite rencontré de nouvelles difficultés en raison notamment du décalage horaire.
Il est en effet devenu très difficile de travailler au même moment et on se retrouve donc souvent confronté au produit du travail d’un autre sans en avoir le détail ou les explications (à moins de ne s’efforcer de tout documenter très précisément ce qui serait fastidieux).
Sans cette capacité de retrouver à tout moment le cheminement intellectuel qui a mené à un résultat, les différents acteurs se retrouvent alors dans un système plus coopératif que collaboratif.
Le défi des applications à venir sera donc de permettre à chaque acteur de s’impliquer pleinement dans les projets en étant replacé au cœur de la réflexion et non plus en périphérie.
En conclusion, nous constatons que bien souvent les logiciels informatiques font l’amalgame entre les notions de coopération et de collaboration et négligent ainsi l’une ou l’autre.
Il est donc essentiel, lorsqu’on cherche à exprimer son besoin, de bien distinguer les outils relevant de chacun de ces deux aspects pour répondre correctement à l’intégralité des objectifs visés.

Domus 2.0

Fort de son succès en 2014, Domus, notre plateforme de création de documents à haute valeur ajoutée graphique, s’enrichie de nouvelles fonctionnalités et d’une toute nouvelle interface graphique plus conviviale et plus ergonomique :

  • Plus de 50 nouvelles fonctionnalités.
  • Un moteur d’affichage 32% plus performant.
  • Une expérience utilisateur enrichie.

Les principales innovations :

  • Nouveau moteur d’affichage PILOT™.
  • Chargement des pages 32% plus rapide grâce à notre nouvelle technologie PILOT™ offrant de nouvelles fonctionnalités de mise en page.
  • Rechercher – Remplacer en toute simplicité.
  • La fonctionnalité tant attendue fait son apparition et vous permet de modifier transversalement votre document en quelques clics.
  • Un espace de communication au service des contributeurs.
  • L’espace de t’chat permet aux contributeurs d’échanger au travers de l’application et d’améliorer significativement l’expérience collaborative.

Voir le projet dans le lab

Prélancement du site pomelo-paradigm.com

C’est bientôt le grand jour pour Pomelo-Paradigm, notre site est livré et opérationnel bientôt prêt pour la mise en ligne. Encore quelques détails à régler, et la mise en ligne sera effective. Un grand merci à toute l’équipe qui a géré la conception, la réalisation, et la préparation de ce jour, et sans qui cela ne serait pas…
A bientôt sur le net !